une R&D en géosciences au service de la maîtrise du cycle de l'eau

La politique recherche du groupe acri

La politique de recherche du groupe ACRI est d’anticiper les besoins et les évolutions scientifiques et technologiques. Ainsi, à titre d’exemples, le groupe ACRI s’est déjà distingué par ses travaux de recherche en télédétection spatiale sur la couleur de l’océan et est pleinement impliqué dans les chaines de traitement et de contrôle de qualité des missions satellitaires européennes Sentinel 2 et 3.
Avec la création d’ACRI-HE, l’année 2014 est une année de transition dans la stratégie de recherche et d’innovation du groupe.

La recherche au sein d’ACRI-HE

A travers la société ACRI-HE, la démarche du groupe ACRI consiste à rapprocher la R&D en :

  • télédétection spatiale,
  • mécanique des fluides géophysiques (océanographie, météorologie, hydrologie…),
  • géodésie et cartographie,
  • mécanique des fluides industriels et en transferts radiatifs,
  • modélisation physique et numérique,

avec les études environnementales, l’application de la réglementation, les énergies nouvelles, le génie civil (y compris maîtrise d’œuvre et assistance à Maîtrise d’Ouvrage), en s’appuyant sur des expertises, des outils, des structures et des hommes d’expérience, ainsi qu’un réseau de laboratoires publics et de bureaux d’études partenaires.

Les activités de R&D d’ACRI-HE sont dans la continuité des activités antérieures de R&D environnementale des sociétés apporteuses ACRI-ST et HOCER en matière de gestion du cycle de l’eau, de son usage et des protections face aux risques. Elles se déclinent à travers les thématiques suivantes :

  • protection de l’environnement,
  • protection des populations contre les risques naturels,
  • développement énergies renouvelables,
  • gestion des usages des eaux et de l’air,
  • gestion des ouvrages de génie civil.

Les travaux de recherche d’ACRI-HE permettent d’innover dans :

  • les systèmes de prévisions de phénomènes naturels : de la production de l’information à l’opérationnel,
  • les méthodes d’observations et de mesures in situ : optimisation des déploiements d’instruments, validation et contrôle qualité des données,
  • la télédétection spatiale : assimilation et exploitation de données, mise en forme et diffusion.

Les applications concernent:

  • les politiques publiques : risques naturels, impact de la pollution et des changements climatologiques sur la biosphère, pressions anthropiques sur l’environnement, gestion intégrée du littoral, hydraulique et transport sédimentaire,
  • l’exploitation agricole et industrielle : aquaculture, ostréiculture, pompes à chaleur, énergie marégraphique.